Quelques explications

Pour être honnête avec vous, j’ai honte de vous présenter le bar ainsi mais…

* * *

En octobre 2012, mon associée et moi-même avons acquis les locaux avec une joie non dissimulée : les projets longtemps portés et mûris par les expériences humaines, entrepreneuriales et surtout associatives, allaient enfin devenir réalité.

Des idées parmi tant d’autres allaient trouver un terrain pour être réalisées, testées, montrées : prouver que l’accessibilité n’est vain mot que pour ceux qui n’y croient pas ou qui préfèrent l’ignorer. Ainsi était notre leitmotiv et cela rythmait notre vie d’entrepreneurs.


Photo by Bertrand Chambarlac

* * *

Les pieds à peine posés dans les locaux, les deux entreprises essuient déjà les premières visites d’assurances, experts et avocats avant leur démarrage : des fuites d’eaux et des murs mouillés nous laissent dans le désarroi. Perturbant ainsi profondément les calendriers initialement prévus des travaux et des ouvertures officielles des entreprises.

Les artisans n’avaient pas voulu débuter les travaux dans l’agence à juste raison (ils savaient très pertinemment que les problèmes risquaient de se reproduire tant que les sources n’étaient pas réparées) mais ont pu les avancer dans la partie bar.

* * *

Les pluies leur ont donné raison : celles-ci grignotent au fur et à mesure les plafonds, les plinthes, les murs, laissant apparaître des fissures, des peintures écaillées.

Les températures, difficilement maîtrisables tant les courants d’air brassent les locaux, rendent le chauffage difficile (et ses factures astronomiques).

Les sprays aux huiles essentielles ou bougies parfumées n’arrivent malheureusement pas à masquer les odeurs d’humidité.

Ces environnements insalubres n’encouragent guère à venir travailler et attaquent facilement le moral. Comment travailler paisiblement et efficacement, comment nouer des partenariats ou conclure des contrats dans ces conditions ? Toujours à chercher des solutions et plans de replis pour tenter de travailler malgré tout. L’image des entreprises est durablement écornée.

Quand il pleut dehors, il pleut également dans le bar. Ce qui peut être perturbant lors d’un concert ou pénalisant pour celles ou ceux qui veulent aller aux toilettes… condamnées pour d’évidentes raisons de sécurité et d’hygiène !

* * *

Maintenant que nous étions un peu plus connus (merci à nos 900 fans sur Facebook !), l’objectif de proposer des prestations plus premium tout en démocratisant la langue des signes se confirme et se poursuit.

Pour fêter dignement le passage du cap des 4 ans du Semeia, et de tenir face à ces tempêtes vécues, j’ai souhaité continuer à monter en gamme les prestations offertes au public : relooking de la salle en noir premium, des diaporamas plus léchés et détaillés, sollicitations artistiques, améliorations des playlists musicales en fonction des ambiances, nouveaux événements plus classes et lounge, etc.

Les déluges continuant inlassablement de se déverser à l’intérieur, la clientèle qui se tarit mais qui nous soutient malgré tout, il est bien connu que les choses ne se passent jamais comme prévu mais quand cela dépasse le seul cadre de nos compétences et empiètent au point d’occulter le développement des entreprises, il nous a semblé plus pertinent de s’arrêter un moment et accélérer les procédures judiciaires (qui durent depuis janvier 2013).

Avec toutes les conséquences financières, morales et psychologiques que cela entraîne.

* * *

Vos soutiens, vos témoignages, vos & nos événements, faisant fi de l’accessibilité partielle et des dégâts des eaux, nous ont permis de dépasser temporairement ces ennuis.


Photo by Latifa Latif

Je ne saurait comment vous remercier tant les moments vécus au bar – et indirectement à l’agence – furent magiques et enrichissants.

Restons à l’affût et ne baissons pas les bras.

Merci de votre soutien salvateur,

 
stefhan